Projet de thèse

 

 

Ce carnet de recherche est pour moi un support d’écriture où j’apporte une réflexion sur la science ouverte dans le champ de la  bioéconomie en Hauts-de-France. Je considère cet outil comme le carnet de bord d’une thèse en construction…

 

 

 

PRÉSENTATION DU PROJET

Ci-dessous le projet de la thèse tel qu’il a été présenté par Joachim Schöpfel en octobre 2019 en vue de l’obtention d’un contrat doctoral. Il n’est pas le reflet exact du travail commencé. Malgré tout, l’essentiel des axes de recherche sont présentés.  

 

— Axes du laboratoire dans lequel s’inscrit la thèse —

Axe 1 : Information et communication dans les organisations

Axe 3 : Innovation par l’usage et dispositifs numériques

Dans le cadre de son axe 1 (Information et communication dans les organisations), le laboratoire GERiiCO a développé des approches et outils d’analyse des discours et communications d’information dans divers environnements organisationnels. Dans le cadre de l’axe 3 (Innovation par l’usage et dispositifs numériques), GERiiCO a mené à partir de 2010 plusieurs projets de recherche et d’étude dans le domaine de la science ouverte, aussi bien par rapport au développement du libre accès et de la science ouverte en France et ailleurs (cf. Schöpfel & Prost 2010, Chartron & Schöpfel 2017, Herb & Schöpfel 2018) que par rapport aux données de la recherche sous différents aspects, tels que la veille et les thèses, la formation, l’évaluation, les normes et l’éthique (cf. Jacquemin et al. 2013, Schöpfel et al. 2014, Osswald et al. 2016, Schöpfel et al. 2017, Schöpfel 2018, Jacquemin et al. 2018), y compris dans une approche comparative (cf. Schöpfel et al. 2014). D’autres études ont été menées sur l’impact de la politique du développement durable et de l’Agenda 21 sur l’organisation, la gestion et les métiers des bibliothèques scientifiques et publiques (cf. Schöpfel & Boukacem 2014, Schöpfel 2016).

 

— Originalité du sujet proposé à la suite d’un état de la question —

La région Hauts-de-France met en place un master plan de la bioéconomie. Son objectif est de faire de la région un leader européen de la bioéconomie, avec trois ambitions à l’horizon 2025 ¹ :

  • Faire des Hauts-de-France le leader européen des protéines végétales, laitières et autres.

  • Structurer et mettre en place durablement une filière de matériaux biosourcés.

  • Favoriser une bio production axée sur les molécules d’intérêt de demain.

Le plan mobilise une multitude d’acteurs de la région dont des structures de la recherche et du transfert pour la valorisation des végétaux, comme l’INRA, l’Université de Picardie Jules Verne, Extractis ou l’institut d’excellence Pivert à Compiègne. Comment ces acteurs s’organisent pour communiquer et valoriser les résultats de leurs actions de recherche et développement ? Comment est structurée le transfert des données, informations et connaissances entre les différentes catégories d’acteurs, en particulier entre les chercheurs, industriels et exploitants agricoles ?

Ces questions se posent d’autant plus que l’Etat français mène une politique d’ouverture des données et en faveur de la science ouverte ² qui engage tous les organismes et établissements scientifiques publics et concerne une partie des recherches en partenariat avec des acteurs privés, autour de trois axes : généraliser l’accès ouvert aux publications, structurer et ouvrir les données de la recherche, et s’inscrire dans une dynamique durable, européenne et internationale. Les projets et travaux mis en oeuvre dans le cadre de ce Plan national pour la science ouverte portent à ce jour essentiellement sur la recherche au sein des organismes et établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR).

 

Le projet de thèse se propose d’aller plus loin et d’évaluer comment les principes de la politique pour la science ouverte s’articulent avec la mise en place d’une stratégie régionale de recherche et développement dans le domaine de la bioéconomie, contribuant par cette analyse au caractère de modèle d’excellence et d’innovation du master plan bioéconomie de la région Hauts-de-France.

 

— Problématique —

La science ouverte est le nouveau paradigme de la recherche scientifique en France aussi bien que dans les autres Etats membres de l’Union européenne³. La politique de la science ouverte poursuit plusieurs objectifs dont l’intégrité et la transparence de la recherche, l’accessibilité et la réutilisation des résultats, la valorisation et le partenariat avec la société civile (“science citoyenne”).

Avec les mots de la Ministre Frédérique Vidal lors du lancement du Plan national en 2018 à Lille :

La science ouverte, c’est la diffusion sans entrave des publications et des données de la recherche (…) Son objectif : faire sortir la recherche financée sur fonds publics du cadre confiné des bases de données fermées (et) construire un écosystème dans lequel la science est plus cumulative, plus fortement étayée par des données, plus transparente, plus rapide et d’accès plus universel. ⁴

La science sera aussi ouverte que possible, mais également aussi fermée que nécessaire, notamment par rapport à la valorisation des projets de recherche et développement avec les partenaires industriels : cette devise de la science ouverte s’insère avant tout dans la stratégie nationale pour une action publique transparente et collaborative⁵ mais impacte l’ensemble de la recherche financée même partiellement sur fonds publics et transforme les rapports entre partenaires publics et privés.

L’objectif du projet de thèse est d’analyser, sous l’aspect des sciences de l’information et la communication, comment le développement d’une stratégie régionale autour d’acteurs publics et privés de l’industrie, de l’agriculture et de la recherche met en oeuvre les principes de la science ouverte, dont notamment :

  • la diffusion des publications issues des projets R&D de la bioéconomie dans la région Hauts-de-France (rapports, articles, communications, thèses et mémoires etc.) : leur degré d’ouverture, leurs vecteurs de communication etc. ;
  • la gestion, la conservation et le partage des données de recherche de ces projets, y compris leur réutilisation ;
  • l’utilisation des publications en libre accès et la réutilisation des données de la recherche
  • l’implication des acteurs de la société civile dans les projets de la bioéconomie (“science citoyenne”) ;
  • les modes d’évaluation des appels à projets lancés dans le cadre de la stratégie bioéconomie de la région Hauts-de-France (transparence, diffusion des résultats…).

L’objectif est d’étudier la mise en oeuvre (et la faisabilité) des principes de la science ouverte sur le terrain d’une stratégie de recherche et développement, avec l’ensemble des acteurs mobilisés, et de contribuer au caractère exemplaire, de modèle et d’excellence de la politique de la région Hauts-de-France en faveur de la bioéconomie.

 

— État de l’art —

Dans le cadre de la politique pour la science ouverte, la Commission européenne a mis en place des outils pour mesurer l’impact de sa politique et le développement du libre accès aux résultats de la recherche . L’Etat français est en train de développer son propre “baromètre de la science ouverte”. Ces outils se limitent pour l’essentiel aux publications dans les revues scientifiques produites par les chercheurs des établissements et organismes publics. Dans le domaine des données de la recherche, un nombre croissant d’études évaluent les pratiques et attentes dans les communautés de l’enseignement supérieur et de la recherche (cf. Prost & Schöpfel 2015, Schöpfel et al. 2018, Schöpfel 2018, Serres et al. 2017).

En revanche, l’impact des principes et objectifs de la science ouverte dans les projets R&D en partenariat avec l’industrie ou en dehors de l’écosystème de l’enseignement supérieur et de la recherche est rarement évalué ou seulement en marge d’autres approches, comme par exemple l’étude de la production des connaissances scientifiques en dehors des communautés de la recherche, par l’industrie ou par des citoyens- amateurs (“science citoyenne”) menée à l’Université d’Uppsala en Suède (cf. Börjesson 2016 et Schöpfel 2019).

¹ Cf. Région Hauts-de-France Faire des Hauts-de-France, la région de la bioéconomie https://www.hautsdefrance.fr/categorie/dossiers/bioeconomie/
² Cf. Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation Comité pour la science ouverte  https://www.ouvrirlascience.fr/

³ Cf. European Commission. Open Science http://ec.europa.eu/research/openscience/index.cfm
⁴Cf. Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Plan national pour la science ouverte : discours de Frédérique Vidal http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid132531/plan-national-pour-la-science-ouverte-discours-de- frederique-vidal.html
⁵ Etalab. Le plan d’action national https://www.etalab.gouv.fr/plan-daction-national


1 réponse

  1. 29/06/2020

    […] Qui suis-je ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search